ARTISANAT

L’artisanat guinéen est riche. Plus de 90 corps de métiers offrent aux marchés nationaux et internationaux des produits variés et de très bonne qualité. L’eau utilisée dans la teinture, la culture de plantes à usage cosmétique et des fibres végétales pour le tissage.

  • En Basse Guinée :

Conakry : à l’exception de quelques rares corps de métiers (poterie, extraction d’huile végétale, confection de poupées, tableaux entomologiques, confection de perles), toutes les autres activités artisanales sont largement pratiquées à Conakry où les consommateurs sont plus nombreux par rapport aux autres régions. Les filières les plus répandues sont le textile, le bois, les métaux et les services.

Boké : Les activités de bambou et fibres végétales (vannerie, natterie, macramé et perles dorées) et de la sculpture sur bois sont bien développées dans cette région. Les artisans maîtrisent les activités de service parce que souvent confrontés à des exigences de qualité de la part de la clientèle en matière de contrat de sous-traitance.

Kindia : on note dans cette région la multiplication des organisations non gouvernementales, des associations locales de développement, de projets d’appui, des groupements d’artisans etc. Les activités de teinture, de menuiserie du bois, de sculpture occupent de nombreux artisans.

  • En Moyenne Guinée :

Mamou : Cette région dispose d’atouts importants : facilité d’accès, présence d’institutions d’appui (GIZ, OIC/Guinée, PRIDE, Institutions de financement décentralisées etc.). Les activités de menuiserie du bois, de cordonnerie, de confection textile et de service font la fierté de cette région.

Labé : La région de Labé, en général, et la préfecture de Labé en particulier, recèlent de grandes potentialités artisanales. Dans les cinq (5) préfectures de cette région, on rencontre des corps de métiers bien développés. Il s’agit notamment de la confection textile (tissage, teinture, broderie etc.), menuiserie du bois, cuir, saponification, bijouterie, vannerie, poterie, forge. Il faut aussi signaler la présence de nombreux consommateurs à pouvoir d’achat moyen et parfois élevé.

  • En Haute Guinée :

Faranah : Le tissage et la cordonnerie sont très présents à Dinguiraye. La poterie, la sculpture, le traitement du miel et le beurre de karité à Dabola et la menuiserie du bois à Kissidougou.

Kankan : ville commerciale, ville de négoces, ville carrefour, Kankan recèle d’importantes potentialités pour l’expansion de l’artisanat. L’existence de gisements d’argile de très bonne qualité permet de développer la poterie en diversifiant la gamme des produits. Aussi, il est possible d’entreprendre dans la région la production de la craie grâce aux gisements de gypse à Siguiri. On peut fabriquer de l’encre, du vernis et de l’encens à partir d’essences de plantes dont la qualité est prouvée. La sculpture, la filière textile, la poterie et la transformation de produits alimentaires y sont largement pratiquées.

  • En Guinée Forestière :

N'Zérékoré : L’artisanat dans cette région est axé sur les fibres végétales, la confection textile et la confection des tableaux entomologiques. L’extraction d’huile de palme et palmiste est pratiquée en milieu rural.

L’histoire de l’artisanat guinéen est liée à celle des arts et métiers et aux traditions des grands empires ouest africain. En dépit des différentes mutations intervenues dans le temps, l’artisanat guinéen reste dans la ligne et le style de la tradition africaine. Non seulement à travers ses produits d’art mais aussi par ses traditions, l’artisanat contribue à la promotion du patrimoine culturel guinéen et africain.