La Guinée Forestière (Guinée Verte)

D’une végétation dominée par les forêts primaires (3500 km²), la Guinée Forestière occupe 20% de la superficie du pays. L’aspect de cette zone est aussi déterminé par des fleuves importants qui arrosent les pays limitrophes.

Dans la région forestière, plusieurs groupes sociaux coexistent comme les Kuranko et Konianké (du groupe Mandé) et les Kissi, Toma, Manon, Kono et Kpellé (parlant des langues plus éloignées). Ces populations ont également conservé plus longtemps leurs cultures traditionnelles du fait de leur éloignement de la capitale Conakry. Leurs croyances, basées sur les relations avec les génies de l’air, la terre, l’eau ainsi que l’âme des ancêtres et les lutins, s’exerçaient également dans le cadre des puissantes sociétés secrètes qui utilisaient des masques et des statues remarquables par leur expressivité.

Les membres de ces sociétés secrètes d’initiation ont été à l’origine de la création de masques et statuettes magnifiques, d’accessoires vestimentaires religieux et rituels ainsi que des danses et de scènes narratives lyriques. L’on peut citer le grand masque Landaï des Toma et Kissi possédant une longue tête horizontale en bois avec une gueule ouverte, la tête couronnée de plumes du TOURACO. De nombreux masques faciaux d’origine Mano, Toma, Kpellé, Kono, Dan et We, incarnent chacun une catégorie de forces et représentant des univers tantôt hostile ou tantôt clément. Les masques à caractère féminin présentent des visages ovales et lisses (douceur) alors que ceux à caractère masculin ont des visages angulaires et garni de barbe (animal agressif). Enfin, dans cette région de la forêt, les femmes s’organisent en sociétés secrètes et utilisent leurs propres masques rituels d’initiation. Ce sont des masques heaumes SANDE ou BONDO remarquables par leur facture et incarnant la beauté et la puissance des femmes.